Comment financer un séjour linguistique ?

Il devient obligatoire aujourd’hui, dans un cadre professionnel, de maîtriser les langues étrangères afin de faciliter les collaborations entre partenaires. L’un des concepts permettant aujourd’hui d’acquérir des connaissances durables et solides, c’est le séjour linguistique. Le financement d’un tel projet n’est cependant pas facile pour tous les budgets. Quels sont les moyens de financement d’un séjour linguistique ? Du CPF au CIF en passant par le Pôle Emploi ou la caisse d’allocations familiales, voici quelques moyens qui vous permettront d’arriver à vos fins.

Les avantages d’un séjour linguistique

Il est plus facile de maîtriser une langue lorsqu’on séjourne dans le pays pratiquant ladite langue, d’où le concept de séjour linguistique. Il consiste à découvrir des cultures différentes de la nôtre. L’immersion totale dans la culture du pays visité permet de sortir de sa zone de confort et de se faire comprendre par les habitants du pays. C’est une expérience personnelle qui permet de s’enrichir culturellement et d’ajouter une plus-value à son CV.

Il permet de bénéficier de plusieurs autres avantages, à savoir :

  • Être plus sociable ;
  • Découvrir un nouveau monde ;
  • Développer sa confiance en soi ;
  • Apprendre une nouvelle langue (l’avantage principal).

Pour bénéficier de ces multiples avantages du séjour linguistique, voici quelques moyens de financement dont vous pouvez bénéficier. Une assurance voyage permettra de voyager en toute confiance.

A lire également :   Croisière de luxe all inclusive : combien ça coûte ?

Le Compte Personnel de Formation (CPF)

Parmi les divers moyens de financement d’un séjour linguistique, le CPF reste la meilleure solution. Tout au long d’un parcours professionnel, ce service, dédié essentiellement aux personnes salariées, permet de cumuler des droits de formations dans ce compte. De ce fait, les fonds pour acquérir une compétence ou une valeur particulière sont déboursés par le Compte Personnel de Formation.

Cependant, il convient de remplir certaines conditions requises par votre entreprise pour bénéficier du financement de votre séjour linguistique avec le CPF. Les dirigeants se chargeront donc de lier cette aide financière aux heures cumulées tout au long de votre parcours professionnel dans leur structure. Ainsi, en cas de besoin, le CPF vous permettra de réduire le coût de votre séjour linguistique. Il est possible qu’il finance la totalité des frais.

Un service transversal aux pays de l’Union européenne, le CPF vous offre plusieurs possibilités, à savoir des séjours linguistiques :

  • Malte ;
  • Irlande ;
  • Canada ;
  • Anglais ;
  • Espagnol ;
  • Allemand ;
  • Angleterre.

Bien entendu, le coût dépendra de votre destination.

Le Pôle Emploi

Le CPF étant destiné uniquement aux personnes salariées, il devient impossible aux demandeurs d’emploi qui aspirent au séjour linguistique d’y avoir recours. L’alternative pour ces derniers est de se rapprocher de Pôle Emploi. En effet, dans le but de remédier à ces disparités sociales, ce dernier contribue à travers ses actions au développement des compétences.

Une entreprise administrative de gestion et de promotion de l’emploi en France, Pôle Emploi permet aux demandeurs d’emploi d’obtenir aisément un financement pour un séjour linguistique à l’étranger. Cette chance, de maîtriser une langue étrangère est l’occasion pour les demandeurs d’emploi d’étoffer leur Curriculum Vitae. Rappelons qu’être polyglotte, de nos jours, est un critère très important sur le marché de l’emploi.

A lire également :   Combien de temps faut-il pour obtenir un visa pour l’Inde ?

La caisse d’allocations familiales ou les aides départementales et régionales

Avec la caisse d’allocations familiales, les familles peuvent rendre effectifs les séjours linguistiques de leurs enfants. Généralement octroyée sous forme de bourse ou de chèques de vacances, cette aide permet aux adolescents de mieux aborder une année scolaire. Par ailleurs, les allocations familiales permettent aussi d’occuper les enfants durant la période des vacances.

Outre cette dernière aide, vous pouvez financer un séjour linguistique grâce aux aides départementales et régionales. De nos jours, les régions et les départements sont très animés et actifs quand il s’agit de formation professionnelle. Vous aurez ainsi quelques aides pouvant financer votre séjour linguistique. Néanmoins, n’oubliez pas de vérifier les conditions de ces aides avant d’y postuler.

Un Congé Individuel de Formation (CIF), ou contacter le comité d’entreprise

Le congé individuel de formation (CIF) est un droit à la formation, ouvert aux salariés français. Si les règles de l’industrie l’exigent, l’entreprise se doit de vous octroyer un congé pour une formation sur une longue durée. Avec cette solution, vous pouvez effectuer un long séjour linguistique, ce qui vous permet de maîtriser parfaitement la langue cible.

Nombreuses sont les entreprises qui investissent dans le développement personnel et intellectuel de leurs employés de nos jours. Pour cela, consultez le comité de votre entreprise pour voir s’il est possible d’organiser des séjours linguistiques à l’étranger pour les différents salariés qui y travaillent. N’hésitez pas à lancer une campagne et à mobiliser vos collègues autour de cette idée pour gagner votre cause.

A lire également :   Comment fonctionne une auberge de jeunesse ?

En cas d’acceptation, l’entreprise peut financer partiellement le séjour linguistique ou vous aider en vous donnant du temps. Cet accompagnement est lié au fait que l’entreprise bénéficie directement des nouvelles connaissances que vous acquérez. En fait, en accordant ce séjour à l’étranger, les entreprises peuvent plus facilement se développer à l’international grâce à la présence de plusieurs employés multilingues.

Les dernières solutions pour financer votre séjour linguistique

Ce n’est pas parce que vous n’avez pas pu profiter de différentes solutions que nous venons de vous donner, que vous devez faire une croix sur votre séjour linguistique. Nous allons vous donner les différentes possibilités de financement qu’il vous reste, sans avoir à demander à vos proches de vous aider. 

  • Le crédit : si vous êtes en dessous du taux d’endettement, vous pouvez vous renseigner pour souscrire un crédit à la consommation. Renseignez-vous sur le TAEG du prêt et pas uniquement sur le taux d’intérêt. 
  • Les chèques vacances : vous pouvez vous rapprocher de votre comité d’entreprise pour voir si vous pouvez profiter de ce dispositif. Attention, une participation financière vous sera demandée. Elle dépend de votre niveau de rémunération et de la composition de votre foyer. Sachez aussi que les chèques vacances ont une durée de validité de 2 ans.  
  • Le crowdfunding : il s’agit d’un financement participatif faisant intervenir les internautes. Les particuliers peuvent vous faire don d’une somme d’argent, mais peuvent aussi vous prêter l’argent gratuitement ou avec des intérêts. C’est évidemment à vous de créer votre cagnotte et de la diffuser sur les réseaux sociaux. 

Laisser un commentaire